× Partager cette page FACEBOOK TWITTER LINKEDIN ENVOYER PAR COURRIEL
 

Simplifier et maximiser
votre demande de crédits d'impôt.

Études de cas

Beaucoup d’entreprises ont considérablement bénéficié de notre connaissance des différentes mesures fiscales fédérales et provinciales destinées à soutenir le développement ou l’amélioration des produits et procédés ainsi que de la recherche fondamentale ou appliquée.

À défaut de pouvoir les nommer, pour des raisons évidentes de confidentialité, NOUS pouvons vous parler du contexte de notre intervention et de la façon dont elles ont tiré profit de notre expérience. Sur demande, NOUS pouvons vous fournir des références vous permettant de valider ce que NOUS avançons ici.


Cas 1

Une grande entreprise canadienne comptant plus de 30 usines de transformation de minerai recouvre les crédits d’impôt auxquels elle avait droit depuis… 15 ans.

Gérés à l’interne par économie, beaucoup de crédits d’impôt n’étaient tout simplement pas réclamés faute de savoir que certains projets y donnaient droit. PREMTEC a identifié ce manquement et ils récupèrent maintenant plusieurs millions de dollars de crédits d’impôt supplémentaires. Rien de moins que des profits nets.


Cas 2

Une entreprise de taille moyenne du secteur de l’électronique et de l’aérospatial recouvre les millions de dollars de crédits d’impôt non réclamés au cours des 20 dernières années.

L’entreprise gérait ses réclamations de crédits d’impôt à l’aide d’un système développé à l’interne. Un système déficient puisque des activités admissibles liées à des dépenses de personnel ont été omises. Résultat : un manque à gagner d’environ 250 000$ par année. Ce qui n’a pas échappé à PREMTEC : les sommes sont réclamées chaque année depuis.


Cas 3

Une petite entreprise du secteur de l’informatique perd son financement et doit fermer ses portes. Malgré le contexte, elle récupère 500 000$ en crédits d’impôt.

Dans le contexte d’un « crash » informatique, cette entreprise qui employait plus de 50 ingénieurs en TI a dû fermer ses portes. La fermeture de l’entreprise et les vérifications technique et financière détaillées par les instances gouvernementales n’ont pas empêché PREMTEC de lui obtenir 500 000$ en crédits d’impôt, soit 100% des crédits réclamés. Preuve comme quoi l’expérience est plus efficace que l’intuition : jamais les dirigeants n’auraient pensé cela possible.


Cas 4

Une multinationale du secteur de la transformation du bois avait échoué dans sa tentative d’obtenir des crédits d’impôt. Depuis que nous intervenons, elle réussit année après année.

L’entreprise avait travaillé pendant 6 mois à la préparation de sa réclamation de crédit d’impôt. Sa demande ayant été refusée, elle s’était découragée à l’idée d’investir chaque année temps et argent dans une démarche risquant fort d’être infructueuse. L’arrivée de PREMTEC a tout changé : en moins d’une semaine, notre méthode de travail éprouvée a permis d’analyser la situation des six (6) usines et d’identifier les informations stratégiques requises pour réclamer les crédits d’impôt.  Depuis, notre coopération permet à l’entreprise d’obtenir 100% des montants réclamés, année après année.


Cas 5

Une multinationale multisecteurs (aérospatiale, hydroélectricité, informatique…) obtient 30% de plus en crédits d’impôt… en changeant de consultants.

Maximiser, c’est investiguer partout et avec précision. Les consultants en préparation de réclamations de crédits d’impôt en RS & DE de cette multinationale omettaient des dépenses admissibles. Le savoir-faire et la précision de PREMTEC lui ont permis d’obtenir 30% de plus de crédits suite au dépôt d’une demande de révision. Évidemment la demande a été acceptée.


Cas 6

Une entreprise en télécommunication demande et reçoit plus rapidement ses crédits d’impôt, tout en évitant de se retrouver en situation inconfortable.

Depuis l’assistance de PREMTEC, cette entreprise reçoit plus rapidement ses crédits d’impôt. Avant notre implication, ses réclamations étaient toujours transmises par voie de déclarations fiscales amendées par son préparateur, ce qui retardait la réception des sommes dues dans ce cas. Sa trésorerie s’en trouvait bien sûr affectée, mais plus encore, ces retards récurrents l’exposaient à des vérifications tant financières que techniques par les instances gouvernementales. Une situation toujours inconfortable, dont aucune entreprise n’a besoin.

Contactez-nous pour plus d’information